KAZERM / Olivier Sillig

L'année de la première parution de Bzjeurd (1995), j'ai écrit une suite, actuellement inédite, peut-être parce que trop crue pour les éditeurs.
Suite à un récent article qui établissait un lien avec Bzjeurd, je viens de lire "La Route", le roman de Cormac McCarthy (2006). J'ai été stupéfait par l'analogie de situation, mais plutôt entre "La Route" et "Kazerm", la suite inédite de Bzjeurd. Cette analogie m'a simplement confirmé que, dans notre imaginaire, nous, humains, étions tous cousins, sachant aussi imaginer le pire.       
Comme "Kazerm" demeure inédit et que je m'occupe actuellement de mes textes plus récents, j'ai décidé de mettre "Kazerm", provisoirement, en libre accès et texte intégral sur le Net.

Olivier Sillig, février 2010

La suite de Bzjeurd:

Kazerm, le texte intégral en .pdf 

L’air, c’est de l’azote en quantité, de l’oxygène, un peu de gaz carbonique, des gaz rares, des substances diverses, des polluants, qui diminuent avec l’altitude. L’air commence à vingt ou trente mètres du sol.
 
L’eau, c’est de l’hydrogène et de l’oxygène, deux atomes d’hydrogène pour un atome d’oxygène liés entre eux de manière très stable. Sous forme liquide, aux conditions normales. L’eau apparaît rapidement sous la surface des lacs ou des mers.
 
Entre l’air et l’eau, il y a la poisse. La poisse c’est un mélange d’hydrocarbures à l’état gazeux, de fines gouttelettes de pétrole gras en suspension et de divers métaux lourds à l’état pur ou combiné, sous forme de particules solides, liquides ou gazeuses. À l’intérieur de ce brouillard, l’obscurité est totale.
 
Actuellement, ici, l’épaisseur de la poisse est d’une trentaine de mètre. La flèche de la cathédrale en dépasse. On dirait une pagode, toutes ses tuiles ont été soufflées, elle ne dresse plus que son squelette, les cercles concentriques de sa charpente noire. Un peu plus loin, au-dessus de la poisse, ce brouillard immobile, cette étendue épaisse et parfaitement stable, le sommet de quelques immeubles-tours. Toutes leurs vitres ont été fracassées, quelques morceaux de verres restent accrochés de guingois aux châssis métalliques. Les structures de poutrelles tordues dessinent d’étranges quadrillages au-dessus de cette soupe noire. Le silence est total, absolu. Il n’y a pas de vent, aucun bourdonnement, pas la moindre rumeur. Le ciel est très bas. Un unique nuage, immobile et sombre. Un nuage de cendres. [...] >>> texte intégral en pdf



Les limbes, diaporama

Kazerm




Courrier à l'auteur: E-Mail
http://www.oliviersillig.ch



Mots clé: Bzjeurd,  roman, Science-fiction,  Olivier Sillig. Folio sf, l'Atalante, Kazerm, Cormac McCarthy, la Route
V: 09.02.2010 (V1: 04.02.2010)